Musée Courbet
Musée Courbet

Le monde sans œillère à l'exposition Marc Riboud du MNAAG

Musée national des arts asiatiques – Guimet
Jusqu'au 6 septembre 2021

  • Marc Riboud, La jeune fille à la fleur - Washington 1967
  • Marc Riboud, Le peintre de la tour Eiffel - Paris 1953
  • Marc Riboud, Huang Shan, Chine 1985
  • Marc Riboud, Place Tian'anmen, à l'entrée de la Cité interdite Pékin, Chine, 1992
  • Marc Riboud, High Court, bâtiment conçu par Le Corbusier, à Chandigarh
  • Marc Riboud, Jawaharlal Nehru et Zhou Enlai - Inde 1956
  • Marc Riboud, Manifestation anti américaine au moment de la guerre du Vietnam - Chine 1965
  • Marc Riboud, Passe de Khyber - Afghanistan 1956

 

8

Le musée Guimet consacre une grande exposition en hommage à Marc Riboud (1923-2016), marquant l’entrée solennelle de son œuvre dans les collections nationales. Du Peintre de la Tour Eiffel à La jeune fille à la fleur, immortalisée lors d’une manifestation pacifiste à Washington pendant la guerre du Vietnam, les clichés de Marc Riboud ont fait le tour du monde à plus d’un titre. L’exposition retrace le parcours de toute une vie, à l’image du grand voyageur qu’était Marc Riboud : sous un angle chronologique, celle-ci nous plonge d’emblée dans la peau du jeune photographe lyonnais qui, après des débuts remarqués qui lui offrent son ticket d’entrée à la prestigieuse agence Magnum, entame un long périple oriental qui le conduit jusqu’au Japon en 1958. Il y développe sa passion pour l’Asie, et plus particulièrement la Chine. Il est alors l’un des rares photographes à rapporter des images de la Chine maoïste, qui constitueront de précieux documents pour les historiens. Parallèlement, il couvre les indépendances du Ghana, du Nigéria, la prise de pouvoir de Fidel Castro à Cuba, l’indépendance de l’Algérie, la guerre du Vietnam, plaçant toujours l’humain au centre de son sujet. Marc Riboud a arpenté le monde de long en large et n’a cessé d’apposer son regard humaniste et empathique sur les grands événements qui façonnèrent la seconde moitié du XXe siècle. Un parcours qui s’achève sur les cimes embrumées et abruptes du Huang Shan (Chine), montagnes sacrées où Marc Riboud, tel un peintre, décroche un temps son regard du monde des hommes pour atteindre les sommets de son art.

Réservation obligatoire

Lien de réservation


Musée Courbet