Adobe
Adobe

Le sublime et le grotesque à l'exposition Julie Legrand du MusVerre

MusVerre
Jusqu'au 17 janvier 2021

  • Julie Legrand, Malgré tout
  • Julie Legrand, Apparition
  • Julie Legrand, Sexy Lady
  • Julie Legrand, Sans titre
  • Julie Legrand, Amplitudes
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition

 

7

Sublime mariage de la beauté et du grotesque : voilà le programme annoncé par le MusVerre pour sa nouvelle exposition dédiée à Julie Legrand. L’art y est contemporain, délicat et éternel. Ce musée dédié au verre, de ses anamorphoses à ses métamorphoses, réunit une sélection d’œuvres de la jeune artiste, sous un intitulé évocateur : « La traversée des solides ». Ces créations mélancoliques abolissent les frontières entre le noble et le trivial : ici, des bottes en caoutchouc dont jaillissent deux grosses bulles de verre, reliquats fantomatiques de leur propriétaire ou montgolfières poétiques prêtes à s’envoler sous des cieux plus bleus ? Là, cette éponge percée de mille aiguilles transparentes nommée énigmatiquement Sexy Lady. Julie Legrand transcende et transforme les vestiges du quotidien : les outils de la ménagère et du fermier se muent en œuvres étranges et facétieuses. Promesse tenue, résultat sublime. Le travail qu’elle élabore, fragile et délicat, porte les nuées de verre si fines et les fait émerger des matériaux rustres qu’elle choisit. Tout à coup ceux-ci rappellent la douce écume qui brise la vague sur le rivage comme le geste gracieux et lent qui conduit ce matériau ductile jusqu’à ses extrêmes limites de modelage. En travaillant le verre dans une tension excessive, au bord de la fracture, l’artiste française met en scène avec poésie l’équilibre instable de son travail : porté jusqu’à ses ultimes limites d’étirement, le verre de ces installations grandioses semble flotter dans les airs pour nous plonger dans de douces rêveries solitaires.

Focus sur l'artiste

Julie Legrand a longtemps travaillé d’autres médiums, comme les éponges, le fil, le plastique ou même les bulles de savon, avant d’utiliser le verre pour ses œuvres plus récentes. Son travail a été exposé dans de nombreux lieux très prestigieux tels que le Palais de Tokyo et la Maison Rouge à Paris ainsi que le Musée du Verre à Bruxelles. C’est pendant une visite d’une entreprise de production de bouteilles à Albi lors d’une résidence d’artiste qu’elle découvre le modelage du verre à chaud. Elle réalise ensuite sa première installation en verre composée d’une tonne de bouteilles. Sa pratique se tourne aujourd’hui majoritairement autour du verre, mais Julie Legrand demeure perpétuellement en quête de nouvelles expérimentations, associations et combinaisons pour sublimer les matériaux qu’elle métamorphose.

Autour de l'expo

L’Atelier du Verre, adjacent au Musverre, est un équipement unique en Europe qui accueille chaque année des résidences d’artistes, depuis sa création en 2001. C’est dans ce cadre privilégié que des créations inédites voient le jour, avant d’être ensuite présentées au public lors d’une exposition. le verre dans une tension excessive, au bord de la fracture, l’artiste française met en scène avec poésie l’équilibre instable de son travail : porté jusqu’à ses ultimes limites d’étirement, le verre de ces installations grandioses semble flotter dans les airs pour nous plonger dans de douces rêveries solitaires.

MUSVERRE
Jusqu’au 17 janvier 2021
76 rue du Général De Gaulle
59216 Sars-Poteries



Adobe