Dole - Tous les sexes du Printemps

Musée des Beaux-Arts de Dole
Du 22 mars au 15 septembre 2019

Jusqu'au 15 septembre 2019 -
Musée des Beaux-Arts de Dole

  • Cortège, 1947
  • Jeunes filles dans la vallée, 1948
  • Entre Ravenne et la mer, 1954
  • Journée à quatre joies, 1960
  • Une gelée de groseille pour Goldorak, 1979
  • Paradiana, 1983
  • Un cygne sur une citrouille, 1982
  • Avez-vous déjà vu un paysage de Malaisie accrochée à la Franche-Comté ? 1984
  • Journée holoturique, 1983
  • Greta Garbo et Toulouse-Lautrec à Bornéo, 1986
  • Labours ornés, 1969
  • Aimez-vous Vérone ?, 1980

 

Une rétrospective du travail de l’artiste Jean Messagier (1920-1999) a été imaginée par le Musée des Beaux-Arts de Dole. Célèbre dès les années 1950, le peintre expose dans le monde entier et se voit même offrir une première rétrospective en 1980 au Grand Palais. Une œuvre abstraite d’apparence, avec ces entrelacs colorés et une peinture dite « de laveur de carreaux », l’artiste a pourtant su se réinventer en créant un ensemble protéiforme. L’intention du parcours est dès lors de montrer clairement que Messagier travaille au-delà des questions de figuration et d’abstraction. Une urgence de peindre se déploie constamment, dans une volonté de répondre à la créativité de la nature. Écologiste avant l’heure, l’artiste puise l’inspiration dans le gel de l’hiver, la sève et le pollen, avec un désintérêt manifeste pour l’opinion ou la critique. Peu importe qu’on le dise fou, Messagier est inclassable et peint aussi bien les figures glamour comme Lady Di ou Greta Garbo tout en bousculant ses maîtres en citant Delacroix, Matisse ou Picasso… avec une totale irrévérence. De la poésie des coquelicots aux œufs sur le plat en passant par les célébrités, l’artiste touche à tous les sujets, et embrasse autant que possible la globalité. Une énergie débordante qui transparaît à travers une centaine d’œuvres, ainsi que des films et des photographies évoquant la dimension performative de son travail.