La Haye
La Haye

Roux !

Du 30 janvier au 20 mai 2019 -
Musée National Jean-Jacques Henner //

  • ©  Petit  Palais  /  Roger-Viollet
  • ©  RMN-Grand  Palais  (musée  d’Orsay)  /  image  RMN-GPADAGP,  2018
  • ©  Geneviève  Boutry
  • ©  Jean-Paul  Gaultier
  • ©  Jalo,  Paris
  • ©  RMN-Grand  Palais/Adrien  Didierjean
  • ©  RMN-Grand  Palais/Tony  Querrec
  • ©  RMN-Grand  Palais/Tony  Querrec
  • ©Musée  d’Orsay,  Dist.  RMN-Grand  Palais  /  Patrice  Schmidt
  • ©  RMN-Grand  Palais/Franck  Raux
  • ©  RMN-Grand  Palais  (musée  d’Orsay)  /  Hervé  Lewandowski
  • ©  RMN-Grand  Palais  /  Franck  Raux
  • ©  Frédérique  Dumoulin
  • ©  musée  du  quai  Branly  -  Jacques  Chirac,  Dist.  RMN-Grand  Palais  /  Patrick  Gries  /  Bruno  Descoings

 

De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel

Pourquoi parle-t-on autant des roux ? Serait-ce parce qu’ils nous fascinent ? Cette couleur de cheveux est en effet peu répandue, puisqu’elle ne représente qu’un à deux pour cent de la population humaine. Depuis la nuit des temps, la rousseur attire autant qu’elle suscite des réactions négatives. Cet accrochage original et surprenant promet de déconstruire stéréotypes et autres mythes pour mieux mettre en lumière les différents aspects de la rousseur… Le musée Jean-Jacques Henner semble être le point de départ approprié pour cette exposition d’envergure : en effet, le peintre français du XIXe siècle est reconnu pour ses toiles et ses dessins mettant en scène des femmes rousses. Ces dernières deviennent d’ailleurs de véritables icônes dans l’imagerie littéraire et artistique de ce siècle. Grâce à de nombreux prêts de musées et de particuliers, dont Nathalie Rykiel (fille de l’emblématique créatrice de mode), une centaine d’œuvres diverses, allant du croquis de mode au masque, en passant par des films, soulignent l’importance de cette couleur mythique. Sonia Rykiel joue en effet un rôle important dans cette exposition, puisque son inoubliable chevelure rousse, qu’elle revendique avec fierté, devient presque sa marque de fabrique. Vous n’êtes pas près d’oublier cette visite !

Le saviez-vous ?
Au Moyen-Âge, la rousseur était associée au diable et à la sorcellerie. Pourquoi donc ? Cette couleur rare était assimilée aux braises : on pensait alors que les roux commerçaient avec le malin, et que leur chevelure était un signe distinctif indiquant qu’ils avaient été brûlés par les flammes de l’enfer… La croyance que les roux n’ont pas d’âme vient de là.

Can you believe it ? A fascinating exhibition invite us to discover a hundred different works of art dedicated to redheads. Orange is the new trend !


Expo précédente


La Haye